Google+

Index des auteurs

dimanche 8 novembre 2015

Défi ValériAcr0 #3.9 - La sélection de novembre

 Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base, c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique.

Haïku du mois de novembre

D'esprit des vents,
Parti, jadis en avant
Demain ne revient pas.



❢ Octobre touche déjà à sa fin. C'est terrible comme ça passe vite. On n'aura rien vu qu'on commencera déjà notre 4ème année de défi. Un défi que l'on relève haut la main depuis déjà quelques temps. Outre le plaisir que j'ai a découvrir les surprises réservées par mon binôme, ce défi permet également de faire sortir des livres de ma PAL que j'aurais peut-être tendance à laisser moisir.
Octobre était placé sous le signe du Challenge Halloween. Feuilles mortes et potiron, fantômes et chats noirs. On s'est donc un peu raccrochée au thème dans nos sélections respectives.
Acr0 m'envoyait découvrir Hubert Haddad; et shame on me, commencé très tard, je pense qu'il n'a pas été lu dans le délai imparti -cet article est en effet rédigé alors que le mois n'est pas fini, ma lecture non plus d'ailleurs, mais la magie de l'internette fait qu'il sera publié plus tard. Peut-être pourrais-je en parler quand même bientôt, sait-on jamais.
Pour ma part, je voulais en foutre plein les mirettes à la donzelle. Donc quand j'ai vu que Les contes macabres de Poe, illustrés pas Lacombe faisait partie de ses trésors, je n'ai fait ni une ni deux!

❢ Donc voici novembre. Un mois que j'aime bien en fait -sans doute parce qu'il débute par un jour férié gniarc gniarc, même deux dans mon boulot. On a fait notre deuil de l'été, et ça fait plaisir quand le soleil chauffe un peu -euh bon sauf quand il est bas et que tu l'as juste dans l'oeil depuis ton bureau et que tu ne peux pas te déplacer, ok. Temps sec, belles couleurs, blablabla, tu vois quoi. Pour fêter ce mi-parcours de l'automne, j'ai décidé de pousser Acr0 à piocher bien profond dans sa PAL, aka un livre acquis avant 2013; et par la même occasion, rendre hommage à un auteur qui nous a quitté cette année -faucheuse qui a décidément trop bossé du côté littéraire cette année.

Terry Pratchett
Les petits dieux



❢ Evidemment, mon choix attendait une réaction de sa part. Elle fût rapide et en plus hyper sympa :
"Happy me ! Depuis le temps que je disais qu'il fallait que je continue les Annales du Disque-Monde, sans m'y mettre réellement. Ce sera chose faite, ma binômette préférée :)"

De son côté, elle a aussi farfouillé dans ma grande malle. Et tu sais ce qu'elle a choisi? Non! Enfourche ta bécane et file voir dans son repère!



jeudi 5 novembre 2015

La véritable histoire du Watergate - John Barnett

TITRE : La véritable histoire du Watergate
AUTEUR : John BARNETT (traduction de Patrick de Friberg)
In Octavo - 12 juin 2015
204p.












Vous prendrez bien un peu de résumé dans votre thé?


❢ Jack Pasolsky n’est pas l’ami d’un agent spécial du FBI pour rien. Ce dernier, Roberto Pancrasse junior, outre son habitude de s’inviter sans prévenir au milieu des instants intimes, travaille sur la seule enquête qu’il fallait refuser : la compromission de la Maison-Blanche dans un complot contre la démocratie. C’est pour cela qu’il va entraîner Pasolsky et sa douce secrétaire et néanmoins fille de John Barnett dans une aventure qui leur coûtera beaucoup, et plus encore que les vingt cinq mille dollars nécessaires à la réalisation d’un film pornographique. Ah, oui, j’allais oublier : Joe, la fille de John Barnett et néanmoins la secrétaire de Pasolsky, possède l’une des plus belles plasties de la galaxie.


Et mon avis, je vous le trempe?


❢ J'ai découvert ce titre dans le cadre d'une opération Masse Critique (Merci Babélio, merci aux éditions In Octavo). Deux tomes de cette série étaient proposés et j'ai vraiment été appâtée par l'aspect "détournement historique au second degré" que les résumés laissaient sous-entendre. La véritable histoire du Watergate est en fait le second volume de cette série -Le premier étant La véritable histoire de l'assassinat d'Elvis Prexsley. Bon, manque de bol, en général, j'aime bien commencer par le commencement. En même temps, ici, hormis quelques références anecdotiques à l'aventure du premier opus, le fait de ne pas l'avoir lu n'entrave en rien la découverte.

❢ Alors attention, nouveau lecteur, mettre les pieds dans un livre de John Barnett (?) signifie entrer dans un petit bordel assez sympathique, mais parfois un peu trop tourneboulé.
1er niveau de bordelitude, qui est l'auteur, le narrateur, le traducteur? Au bout de quelques pages, la confusion s'installe : "je rêve où mon héros est en train de parler de l'auteur du livre, Jonh Barnett, comme s'il le connaissait". BAAM! Grosse mise en abîme! Qui est cet auteur dont la biographie semble quelque peu farfelue? Et pourquoi une telle mention du "traducteur" en couverture?
Je me suis sentie dans un flou artistique par rapport aux différentes identités. Néanmoins, cette part de mystère participe au côté "réel" de ce récit et des personnages. Passons, passons.

❢ Second niveau de bordelitude : l'intrigue. Au départ, tout semble "clair", classique, sans pour autant être inintéressant. Mais ça va rapidement partir en couille. Des rebondissements improbables, ou plutôt des incursions qui tombent du ciel. Bref, je me suis quelque peu égarée. Mon enthousiasme amoindri. Je pense que cet aspect est également lié au style de l'auteur/narrateur -parce que oui, le narrateur prend la "plume" hors des mains de l'auteur à certains moments.

❢ Le style est vraiment très rapide et parfois "fatigant" -dans le sens où il est difficile de reprendre son souffle. J'ai été un peu sceptique dans les premières pages face à cette profusion de mots, de phrases à multiples idées, de virgulisation intempestive ou autre sprint littéraire. L'auteur nous donne clairement l'impression qu'on écoute le récit de la bouche de son héros, et dans un sens c'est sympa; par contre, cela devient parfois brouillon. Personnellement, j'ai réussi à me faire au style, mais j'avoue qu'il pouvait être responsable de décrochage de ma part.



 En bref, John Barnett -ou Patrick de Friberg- propose avec cette série une chouette réinterprétation de l'Histoire. Le lecteur est plongé dans une ambiance de "roman noir", polar et détective borderline. Les personnages qui peuplent le récit sont bien campés. Oui, on est un peu dans la caricature du vieux film avec Bogart, mais c'est plaisant. Le style est dynamique, le ton humoristique et par moment pince-sans-rire. L'intrigue est pas mal ficelée, mais un peu trop brouillonne à mon goût. Le côté un peu bordélique ne m'encourage pas vraiment à continuer. Néanmoins, je n'exclus pas totalement de le retenter avec la suite si l'occasion se présente. Le livre n'est pas très épais et peut se lire assez rapidement en 3/4 heures, si on arrive à tenir le rythme de débit.


mardi 3 novembre 2015

Guide de survie en territoire zombie - Max Brooks

TITRE : Guide de survie en territoire zombie
AUTEUR : Max BROOKS
Calmann-Lévy - février 2009
The zombie survival guide, 2003
318p.








Vous prendrez bien un peu de solanum dans votre thé?


❢ Impossible d'entreprendre la lecture de ce guide seul. Pourquoi?! Tout simplement parce qu'il s'agit d'un guide qui peut te permettre de survivre à une attaque de zombies. Or, seul, pour tout mettre en place et tenir un siège, ce n'est pas évident. C'est même du suicide. Dès lors, il s'agit de créer une équipe. Pas une vulgaire équipe, non LA fine équipe. Celle qui viendra à bout de l'épidémie, pourra sauver ses miches et envisager la reconstruction de l'humanité.

Zombie 1 by pophipi
Du coup, je me suis tournée vers des expertes en zombies, aussi belles que sympathiques -parce que ce n'est pas tout de se défendre, il faut le faire avec clâââsse et dignité; pouvoir sortir de la jungle telle une Lara Croft, garder la forme et le physique dans n'importe quelles conditions. Bref, je m'emballe quelque peu, mais j'imagine votre excitation et votre envie de savoir avec qui j'ai partagé ma lecture.
Tadaaaam : avec Hilde du Livroblog et Acr0 du Livrement.
C'était chouette de traverser cette lecture en leur compagnie, sinon j'avoue bien que je ne serais peut-être pas arrivée au bout.

Et c'est là que je donne mon avis sur le livre!


❢ Le livre est constitué de 6 parties distinctes, qui vont de la définition du zombie à la liste des épidémies recensées. J'ai entamé ma lecture avec entrain et engouement. Mais au bout de la 3ème partie, j'ai commencé à ramer. Autant les deux premières parties m'ont fait sourire, autant j'ai trouvé le reste plutôt répétitif. Choix des armes, lieux de repli, techniques de nettoyage, etc, nombreux éléments nécessaires à notre survie sont étudiés. Max Brooks y pèse les pour et le contre. Au final, il faut avouer que nos chances sont plutôt minimes.

❢ Le ton se veut assez humoristique, mais comme je l'ai dit -oui, oui moi aussi je me répète- au bout d'un moment, je me suis quelque peu lacée. Le texte est, au début, illustré assez régulièrement de schémas ou de dessins, puis plus grand chose à se mettre sous la dent. Bref, on sent que l'auteur meuble un peu pour tirer sur 300 pages. L'avantage, c'est que les parties ne sont pas trop longues, hormis la dernière qui fait une nonantaine de page. Je pensais d'ailleurs y trouver mon compte, mais en fait non, j'avoue l'avoir survolée pour vite refermer ce livre.

Zombie Annie by cainulgen
❢ Au départ, ce guide semble être plein de promesse de joyeux moments autour des zombies. Au final, je n'y ai pas pris mon pied. Et donc, ça faisait du bien de se retrouver en bonne compagnie pour arriver au bout. Le style de l'auteur n'étant pas désagréable, ça ne m'a pas rebuté à découvrir son World War Z. Je pense qu'en substance, mes copéquipières et moi-même sommes sur le même ressenti, c'est ce qui ressort du moins de nos conversations -et là, BAAAM, elles vont encenser ce livre et je vais passer pour une menteuse. On est tombée d'accord pour se replier dans une ferme dans le fin fond des Pyrénées. La route sera longue, enfin plus pour certaines que pour d'autres. Dès lors, je vous invite quand même à rejoindre leurs refuges temporaires respectifs pour savoir ce qu'elles en ont pensé. Pour Acr0, hachez 1; pour Hilde, hachez 2.