Google+

Index dynamique

vendredi 3 octobre 2014

Insomnie - Stephen King

TITRE : Insomnie
AUTEUR : Stephen KING
Ed. Le Livre de Poche
3/02/2004 - (1ère ed. 1994)
956 pages









❢ Dans le cadre de notre défi, Acr0 a pêché ce livre dans le fin fond de ma PAL pour le mois de septembre. Une belle petite brique de 956 pages, enlisée depuis 2005. Elle a été bien inspirée par la venue des mes vacances, parce que j'ai eu tout le loisir de le dévorer!


Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Derry, Maine. Depuis la mort de sa femme d'une tumeur au cerveau, Ralph Roberts est sujet aux insomnies. Tout a commencé avec un réveil un peu plus tôt que d'habitude. Ses nuits se sont ensuite raccourcies, pour en arriver à un "sommeil" de trois petites heures. Alors qu'il a épuisé tous les remèdes de grand-mère qu'on lui a proposé, et qu'il se sent au bout du rouleau, Ralph commence à avoir des visions étranges. Auras colorées, petits docs en blouse blanche... Ralph devient-il fou?
Tandis qu'il tente de trouver une explication à ses soucis nocturnes, Ralph est également intrigué par une agitation qui gagne la ville autour de la clinique pratiquant des avortements. Des clans se créent, la tension monte.


Prenez un bout de mon avis, il sort du four!

Avec son "Insomnie", Stephen King entraine son lecteur dans un roman dense et démontre, à nouveau, son talent de conteur. Tout doucettement, l'histoire débute sur la vie d'un homme d'une soixantaine d'années, Ralph. En soi, une vie comme toutes les autres, avec ses joies et ses évènements tragiques-comme le décès prématuré de sa femme. Ainsi, j'ai fait connaissance avec Ralph, et j'ai très vite pris goût à cette rencontre, dévorant avec avidité les prémices de cette histoire d'insomnies. Point d'élément fantastique pendant plus de 150 pages, juste une simple immersion dans la vie de Ralph. Au fur et à mesure des pages, on sent qu'il va se passer des choses, que tous ces éléments paraissant apriori anodins auront leur importance ensuite. Et puis surtout, on est embarqué dans le flot des mots de Stephen King. Peu importe si on ne voit pas tout à fait le lien avec le "point" de l'histoire, le conteur nous prend dans ses filets, impossible de lâcher le bouquin.

❢ Au niveau de l'intrigue, on peut dire en effet qu'elle se déroule assez lentement. Petit à petit, l'auteur lâche des choses, mets en place son décor et place ses vases, mais sans jamais brusquer le lecteur. Mais on sent également que la tension monte et l'univers devient de plus en plus "stressant". Plus j'avançais dans "la vie de Ralph", plus j'étais curieuse de savoir ce qui allait se passer. Etant en vacances, j'ai pu allègrement avancer à coup d'une centaine de pages par jour. Que cela soit dans mon transat ou sur le trajet du retour, je me suis immergée dans cette histoire.

❢ Je me suis vraiment attachée au personnage de Ralph, et puis ensuite à celui de Loïs. Celui qui n'accroche pas à Ralph est mal barré, parce que tout le roman tourne autour de lui. J'ai appris à le connaître petit à petit, mais j'ai très vite été englobée dans le monde de Ralph tellement c'était prenant. Comme je le disais, les éléments "fantastiques" mettent assez bien de temps à entrer en jeu, mais ça n'entache en rien, pour moi, l'histoire. J'ai vraiment apprécié découvrir la vie de cette communauté. Qui plus est, l'histoire prend place à un moment où certaines tensions commencent à se développer à Derry, ce qui rend la toile de fond encore plus palpitante.

❢ Tout au long de l'histoire, je me posais la question du lien entre les insomnies de notre héros et le fait que la ville se déchire entre les pro et les anti-avortements. Et puis, tout prend son sens. Stephen King, au delà de la critique sociale à propos du sujet du "contrôle des naissances", offre une réflexion sur la vie, la mort, toussa, toussa... Non pas qu'il se place en savant absolu, il imagine plutôt ce que ça pourrait être. Sur le plan de l'horreur, pas de gros déballages intempestifs. Il va jouer avec les peurs et les angoisses pour attiser l'intérêt du lecteur.


❢ En bref, cette brique était chouette à lire. Je me suis vraiment prise au jeu et j'ai eu beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Ralph. Je me suis laissée balader par Stephen King et j'ai apprécié son histoire. A un moment donné, j'ai eu un peu l'impression de me retrouver dans les Tommyknockers, mais en mieux -oui parce que j'avais été un peu déçue par les Tommyknockers. Je ne sais pas trop ce qui m'a donné ce sentiment, mais sans doute le fait que l'on se trouve dans un monde très réel, humain, etc, et que l'on bascule à un moment donné dans quelque chose de totalement déconcertant. J'ai d'ailleurs eu un peu peur que tout ne parte en cacahuète. Mais non, ça va. J'ai tellement été prise par cette histoire, que la fin m'a quasi arraché quelques larmes-wais, parce qu'il est super émouvant aussi. A nouveau, le côté humain de toute cette histoire fait que je me suis sentie vraiment impliquée dans l'histoire. L'intrigue est prenante, les personnages sont touchants. 956 pages que je ne regrette pas.

❢ Et j'en profite pour ajouter ce titre à mon (futur) palmarès pour le challenge Halloween.






6 commentaires:

  1. Oh, tu as versé ta larmichette ! Entre tension et émotion, c'était une lecture parfaite pour les vacances (avec en bonus sa taille pour l'emmener tranquillement sous le bras dans un autre pays).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du me contenir, on était 4 dans la bagnole et j'étais sensée faire co-pilote :-)
      Oui, c'était un chouette choix pour les vacances. Parce que malgré la "longueur", il n'est pas du tout ennuyeux. J'ai adoré suivre les aventures de Ralph :-)

      Supprimer
  2. Je dois avouer que la taille de ce livre m'effraie un peu, j'ai peu de me lasser assez vite :(
    c'est une brique quand même :(
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait, une brique, ça fait souvent peur. Néanmoins, une fois qu'on est pris dans l'histoire, franchement, on ne voit pas les pages passer.
      Maintenant, c'est vrai qu'il faut aimer Stephen King (dans sa version longue j'entends).
      Bonne journée à toi aussi!.

      Supprimer
  3. Il faudrait vraiment que je me remette dans un petit Stephen King, sous peu. Enfin, petit... Pourquoi pas celui-ci ? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment chouette. Mais peut-être plus lent (attends que je réfléchisse.... King, en fait, il fait toujours des histoires bien longues, non?- enfin souvent).
      Je pense que dans mon coeur, Dôme est au dessus de celui-ci. En fait, c'est duuuur. Ils sont chouettes tous les deux, tant au niveau de l'histoire que du côté de l'attachement aux personnages. Je dirais que Dôme tourne autour de plus de personnages en fait.
      Enfin, quoique tu choisisses, fais le moi savoir!

      Supprimer