Google+

Index des auteurs

vendredi 28 février 2014

L'année des volcans - François-Guillaume Lorrain



AUTEUR : François-Guillaume LORRAIN
TITRE : L'année des volcans
EDITION : Flammarion
Date : 8 janvier 2014
381 pages




Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

New-York 1947. Ingrid Bergman visionne pour la première fois Le Rome Ville ouverte de Roberto Rossellini. Fascinée par le travail du réalisateur italien, elle envisage de le contacter.
Rome 1948. Roberto, en couple avec Anna Magnani, vit une relation plutôt tumultueuse avec celle qu'il a porté à de nombreuses reprises sur grand écran. Relation qui sera encore plus mouvementée suite à l'arrivée du billet de Bergman, proposant ses talents d'actrice au réalisateur.
1950. Rossellini et Bergman commencent à travailler ensemble sur Stromboli. Un tournage qui va faire parler d'eux dans le monde cinématographique et qui va susciter beaucoup de remous, tant sur le plan public que privé.


Et mon avis pour tremper dedans?

Avec "L'année des volcans", François-Guillaume Lorrain nous invite pour un voyage dans le temps. Cette biographie nous plonge dans les méandres du cinéma "classique" et lève le voile sur une histoire d'amour, mêlant 3 "monstres" du cinéma, qui a défrayé la chronique dans les années 50.
Je ne suis pas encore une pro de la bio, mais plus j'en lis, plus je trouve ça chouette.
De la vie de ces trois là, je n'y connaissais rien; et j'ai pris un grand plaisir à découvrir tout le drame romantique qui s'est noué entre eux.

Aux extrémités, il y a deux femmes, que presque tout oppose, sauf peut-être le cinéma. L'une semble froide, distante, réservée sur ses sentiments, elle vient de Suède. L'autre apparaît comme une furie bouillonnante qui exprime ses émotions de manière exacerbée, elle est italienne.
Entre les deux, nous avons un réalisateur italien, plutôt bien coté dans le milieu du cinéma, mais dont le caractère fait plutôt grincer des dents. En y repensant, Rossellini apparaît comme un séducteur assez égocentrique qui va placer ses pions comme il le souhaite, sans vraiment tenir compte des sentiments des autres. Il séduit et fait ce qu'il veut de ses proies.
Le tout se déroule dans une ambiance post-seconde guerre mondiale et un climat politico-social particulier. A la lecture de cette histoire, on ressent bien le décalage que ces personnages ont vécu avec la société, les gens, qui les entourent. Est-ce dû au milieu du cinéma ou simplement à leurs personnalités? Ce qui est sûr, c'est qu'ils ne veulent pas se conformer (et je ne les en blâme pas).

Le tableau est planté, il ne reste plus qu'au lecteur à s'installer et à voir les pages défiler sous ses yeux... comme au cinéma. Et c'est souvent épique! Avec une langue et des mots simples, Lorrain m'a plongée habilement dans cette période. Voyage sans encombres : je ne me suis pas ennuyée durant ma lecture. Même si certains passages m'ont moins passionnée que d'autres, je n'ai pas ressenti de lourdeur dans le ton ou le style utilisé. On ne s'embourbe pas.
Je suis toujours assez fascinée par les informations qu'un biographe peut rapporter. Tant de choses qui semblent assez intimes, qui ne pourraient être connues quasi uniquement des protagonistes, mais qui sont là dévoilées.


En bref, j'ai apprécié découvrir cette histoire. A la base, j'ai été attirée par le thème du cinéma. Je n'avais pas d'affinité particulière pour ces protagonistes, mais le roman m'a permis de découvrir une histoire. Malgré le fait que je n'y consacre plus beaucoup de temps, le cinéma (et son histoire) fait partie des activités que j'aime beaucoup-remember mes cours de cinéma pendant mes études... c'était quand même chouette, intéressant, également sur le plan de l'Histoire.
Ce qui est sympa, avec la biographie, c'est l'impression de pénétrer dans un univers secret, d'apprendre à connaître mieux une personnalité qui a vraiment existé. Enfin, c'est du moins l'impression que j'ai.
J'ai pu découvrir cet auteur grâce à l'opération Masse critique de Babélio et aux éditions Flammarion. Je les en remercie vivement.

jeudi 27 février 2014

Défi ValériAcr0 #2.1 (saison 2014)

❢ Premier article de cette nouvelle année du défi ValériAcr0, mais aussi récap' de la première année écoulée! Eh oui, Mesdames et Mesdames, on a tenu une année de ping-pong littéraire et on rempile pour une nouvelle. Tout d'abord parce que c'est vraiment chouette, mais surtout parce qu'on s'est amusées comme des petites folles-j'ose espérer que ma doublette n'a pas balancé qu'elle s'était mortellement ennuyée.
 
Le principe de ce défi est simple : tous les mois Acr0 va piocher dans ma PAL pour y extirper un bouquin, et je fais de même dans la sienne. L'idée est de faire diminuer la pile à lire avec un effet de surprise. Nous avons jusqu'au 5 du mois suivant pour lire notre titre, sinon nous sommes pénalisées (aka perte d'un joker)-oui, parce qu'on vit dans le monde des bisounours, nous avons le droit à 6 jokers par an. Les jokers peuvent être utilisés pour changer un titre, valider une chronique en retard ou un abandon de lecture. Pour cette première cuvée, j'ai perdu allègrement 3 jokers : 1 abandon, 1 changement, 1 chronique en retard. Acr0 a été meilleure élève, et n'a perdu qu'un joker pour 1 chronique en retard.
 
Mais je vous invite cordialement à visiter la page dédiée au défi ValériAcr0 2013-parce qu'en plus elle doit être à jour- on y trouve une foule d'informations totalement incontournables, telles que toutes les lectures de cette année, ainsi que les liens menant à nos avis personnels et aux annonces de nos choix.
 
 
Ainsi, en cette fin du mois de février, nous avons procédé à notre première sélection #2.1 du défi Valériacr0 (aka mars 2014). Après une longue promenade parmi le rayonnage de la Pile à Lire de ma doublette, je me suis largement grattée le crâne pour aboutir à mon choix. Oui, je suis une éternelle indécise, toujours tiraillée entre les différentes alternatives. De nombreux titres me faisaient de l'œil, mais j'avais toujours en tête la petite condition émise pour notre mois d'anniversaire-celui de janvier- à savoir de ne pas commencer une nouvelle série. Du coup, je remise derrière moi mon premier choix. Pour ce qui est de mon second choix, c'était déjà une petite brique; et là c'est mon bon cœur qui m'a perdu-enfin y a pas de mal à lire de brique non plus- parce que je pense qu'Acr0 a déjà quelques lectures en cours.
J'avais envie de lui choisir un roman, et pourquoi pas un classique! Sauf qu'il n'y en avait plus pour le moment. Et donc, mon choix s'est porté sur un bouquin entré tout récemment dans sa PAL :
 
Les Dames de Grâce-Adieu et autres récits de Susanna CLARKE
 
Je crois qu'elle est quand même contente de mon choix. Sa réaction à chaud :
Et bien figures-toi que c'est le dernier arrivé ! Offert par Dame Phooka (s'il te plait) Cela me fait bien plaisir !
(P.S. : je peux déjà répondre à ta question : Oui, Susanna Clarke, c'est bien ;
Jonathan Strange & Mr Norrell)
 
Sauf que-Ah-aaah!- je connais bien Susanna Clarke! J'ai son Strange dans ma PAL depuis sa sortie-hum fais pas la maline feille, tu l'as pas encore lu à ce que je sache- tendrais-je le bâton pour me faire battre?
 
 
Est-ce que c'est ce qu'elle m'a choisi.... ou pas? En fait pour le savoir, faut évidemment cliquer sur le lien vers sa maisonnette : ICI! 
 
 

vendredi 21 février 2014

La vérité sur l'affaire Harry Québert - Joel Dicker

❢ Parce que parfois, même quand on a adoré un livre, on met du temps à en faire la chronique -oui parce que tu es une grosse flemmarde- parce que ce n'est pas toujours facile de trouver les mots adéquats, les mots qui rendront honneur à la lecture que l'on vient de terminer.
Bref, je vais m'adonner à une rude exercice, à savoir parler de ce livre, terminé il y a tout juste un an.
Joël Dicker est un écrivain d'origine suisse qui, en plus d'être franchement pas moche, écrit plutôt bien.
Ma vérité sur l'affaire Harry Québert : coup de coeur quoi!



Vous prendrez bien un petit 4ème de couverture avec votre thé?




AUTEUR : Joel Dicker
TITRE : La Vérité sur l'affaire Harry Québert
EDITION : Editions de Fallois/L'âge de l'homme
19 septembre 2012
670 pages


❢ À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias. 



Et mon avis (ranci) pour tremper dedans?


❢ Un avis ranci, parce que ma lecture date d'il y a un an, mais un avis très positif! En gros, une fois le nez plongé dans ce livre, il m'était quasi-impossible de le retirer. Je ne sais pas si c'était une chance d'être malade à l'époque, mais j'ai kiffé grave de devoir garder le lit pendant une semaine.
Le roman de Joel Dicker transporte le lecteur dans l'univers d'un écrivain, et ça j'aime bien.
Comment rebondir après un franc succès? Comment satisfaire aussi bien ses lecteurs? Parce que ce n'est pas tout d'écrire un super histoire, il faut aussi pouvoir rebondir.
Il nous fait également entrevoir les relations, parfois chaotiques, qui se nouent entre un auteur et un éditeur. La complexité de concordance entre les aspirations de l'un et les exigences de l'autre. Romancé ou pas, j'ai trouvé ça vraiment intéressant.

❢ Au-delà du fait d'avoir écrit un roman sur un auteur, Joel Dicker dépeint également la vie et les comportements des habitants d'une petite bourgade des Etats-Unis, face à la réouverture d'ancienne blessure. Bref, un roman de moeurs, de comportements, de relations humaines.
Dès lors, on se retrouve très vite en contact avec belle panoplie de personnages. Complètement embarquée dans le voyage, j'ai vraiment apprécié tous les personnages rencontrés, les bons comme les mauvais évidemment!

❢ Côté style, l'auteur a vraiment une chouette plume. Alternant entre la focalisation interne et les dialogues, le style est assez léger et se lit vraiment facilement. Alors que l'épaisseur du bouquin pourrait en effrayer au premier abord, les pages défilent à grandes vitesse.


❢ En bref, Joel Dicker allie une histoire de moeurs, de vie, de gens à une enquête un peu "thriller" (mais pas trop) dans une belle mise en abîme (à savoir le roman d'un auteur qui écrit un roman-le tout sur une boîte de vache qui rit avec une vache qui rit avec des boucles d'oreilles en boite de vache qui rit, avec une vache qui rit dessus... blablabla.
Un roman qui m'a tenu en haleine du début à la fin et qui m'a laissé un grand vide à l'intérieur de mon moi-même lorsque j'ai tourné la dernière page. Une sensation que j'avais déjà ressentie lors de ma lecture de Une place à prendre de Rowling. Je suis d'ailleurs en quête de roman similaire, qui vous transporte dans un univers a priori anodin, mais riche des relations qui se nouent entre les protagonistes. Ceci est un appel! :-)

❢ Bonux : L'année dernière, j'ai eu la chance de pouvoir faire dédicacer mon exemplaire par Joel Dicker à la Foire du livre de Bruxelles. Comme d'hab', j'ai fait ma grande timide, mais j'ai bien apprécié poser à ses côtés pour une photo souvenir. Wais, il est choupi-trognon-wais même si je préfère les types un peu plus poilus.



mardi 18 février 2014

Le passager noir, Dexter #2 - Jeff Lindsay

❢ Nouvelle incursion dans le monde littéraire de la télévision- après Game of thrones- j'ai terminé le second opus de la série Dexter : Le passager noir. Lecture-Kobo, exclusivement réservé à mes séances de vélo-à la salle de gym, je précise. Il m'aura quand même fallu presque trois mois pour arriver au bout-wais, bin wais, je ne fais pas QUE du vélo à la gym, na!- mais ce ne fût pas une lecture désagréable.

AUTEUR : JEFF LINDSAY
TITRE : Dexter revient! (Le passager noir. Dexter #2)
EDITION : Points
16 mai 2007
316 pages




Vous prendrez bien un petit résumé avec votre thé?

❢ Dexter, expert en tache de sang à la police de Miami, compose avec une personnalité qu'il se doit de bien enfouir dans le fin fond de lui-même. Son passager noir, comme il l'appelle, le pousse au meurtre. Heureusement pris très tôt en charge par Harry, son père adoptif, Dexter tourne sa particularité vers des tueurs, violeurs, etc...
Dénué de tout sentiment, il s'est construit au fil du temps un beau costume d'"humain normal". Il côtoie, Rita, une jeune femme, mère de deux enfants, pour lesquels il se montre plutôt attentif. Une couverture qui va lui être vraiment utile lorsque le sergent Doakes, bien décidé à répondre aux questions qu'il se pose sur Dexter, se met à le traquer jour et nuit. Une traque qui va être quelque peu perturbée par l'arrivée en ville d'un dépeceur. A vous de lire la suite.


Vous voulez mon avis pour tremper dedans?

❢ Dans ce second tome, on apprend à mieux connaître Dexter, ainsi que les autres protagonistes qui peuplent son petit monde quotidien. Mais on est également plongé dans un thriller plutôt sanglant.
Point de vue du "quotidien", Dexter nous est toujours présenté comme un type "sans sentiment", qui jongle avec les impressions et les émotions vues chez d'autres pour se forger un aspect de normalitude. Cette particularité donne lieu à pas mal de situations cocasses et drôles. On sent bien le côté décalé du héros, ainsi que ses facilités ou difficultés à s'adapter au monde qui l'entoure.
De ce côté, l'auteur propose un beau tableau de relations humaines et de communication interpersonnelle.

❢ Sur le plan de l'intrigue policière, Lindsay plonge son lecteur dans une double chasse à l'homme assez glauque et dégueulasse-âmes sensibles prépare ton seau. En effet, plusieurs scènes sont décrites minutieusement et leur visualisation peut faire froid dans le dos. A ce niveau là, la série télé est le parfait reflet de la série-livre : des images plus ou moins dérangeantes, pour le plaisir de se faire peur.
Ce n'est pas vraiment une surprise de trouver ce genre de descriptions dans l'histoire. Ca fait partie du "décor", du "cachet" de la série.

❢ Jeff Lindsay raconte son histoire de manière assez simple, alternant entre les dialogues et une grande partie de focalisations internes de Dexter. On vit cette enquête à travers les yeux de notre expert en tâches de sang, ce qui renforce le côté comique, ironique, car on prend part à toutes ses pensées et ses états d'âme.
D'une manière générale, le livre se lit assez rapidement-même si j'ai mis une plombe à le lire- et représente un assez bon divertissement.


❢ En bref, une lecture qui m'a plu, mais qui ne m'a pas fait décoller. J'ai passé un agréable moment en compagnie de Dexter et Déborah. Je continuerai peut-être la suite de la série-livre, mais j'avoue que ce n'est pas une de mes priorités. La série Dexter est un divertissement sympathique et finalement bien approprié pour pédaler en même temps. Peut-être est-ce que mon avis est biaisé par le fait qu'il y a une adaptation télé, mais j'ai plus l'impression d'être "passive" durant cette lecture, que de mettre mon cerveau en ébullition.


lundi 17 février 2014

Journal de bord #4 : le WE à 1000

Démarrage en tromb...lon
Vendredi 14/02 samedi 15/02
Démarrage en force avec Walking Dead avec mes copinettes Acr0 et Herisson...
Sauf que bon... soirée improvisée avec des amis... et je vais peut-être seulement commencer à lire.
Ce soir c'était plutôt ça :




Mais wais....


Samedi 15/02

10h30 : Je m'y mets enfin. Je vais commencer ma lecture de Walking Dead #19, en LC avec Acr0 et Hérisson. Elles ont déjà fait suivre leurs avis par mail, depuis hier soir en fait.
Confortablement installée dans mon lit, avec un café, et une tartine confectionnée par l'Homme.

11h40 : Tome terminé. Déjà 144 pages englouties... plus que 856 pages pour arriver au bout du challenge.
Défi : Faire une lecture commune avec un ou plusieurs participants = Check!

12h50 : Je pars destination la baignoire avec mes trois tomes d'Eco d'Almanza et Bianco, et mon Cornes de Joe Hill sous le bras.
14h05 : Lectures terminées (pas le Joe Hill hein). J'ai relu les deux premiers tomes d'Eco et lu le tome 3.
Défis : relire un livre lu, finir une série = Check!

Et du côté des pages... 375 pages. Yop! J'ai dépassé le tiers du challenge. J'approche des 500 pages et ça c'est déjà une petite victoire.

14h30 : L'homme a préparé un bon tartare de thon. Trop "miam-i" comme diner. J'envisage ensuite une petite virée supermarché.

15h50 : Yop! Je prends possession du divan pour commencer mon Cornes de Joe Hill. Je dois rattraper Hilde. C'est pas gagné. La fatigue me guette un peu. On a été dormir trop tard hier, et faut être en forme pour ce soir. Hop, il faut prendre les mesures qui s'imposent et fermer les yeux.

18h00 : Je vais "officiellement" refermer mon reading-time pour la journée. J'attends des amis à 18h30 (petite bouffe, puis concert). Façon, je zone dans le divan entre micro-siestes et veille depuis 16h30. J'avais avancé de 31 pages. OMG! Quelle percée!

Bilan de la journée : 406 pages de lues.
Perso je trouve que c'est pas mal pour mon premier WE à 1000. J'ai encore un jour devant moi. Il y a moyen.


Dimanche 16/02

8h35 : Oeil ouvert depuis presque 8h00, je décide de me lever. Vais aller me vautrer dans le divan avec Joel Hill, histoire de ne pas réveiller l'homme qui dort.
Rentrée vers 2h30 la veille, endormie vers 3h00; même pas fatiguée-lol on verra tantôt.
Il faut en profiter de suite. Un pain au chocolat serait du plus belle effet avec mon livre!
Petit tour sur FB et les blogs.
Hilde a commencé la seconde partie. Je me grouille pour tenter de la rejoindre.


11h50 : I'm taking a bath with Joe Hill. Je finis la première partie, et entame la seconde.

14h30 : Je termine la seconde partie de Cornes de Joe Hill. J'en suis à la page 188.

14h49 : Incursion dans la vie réelle, j'ai lancé une lessive. Ready pour partir main dans la main avec Garth Ennis. Direction : le second tome de la série The Boys (mon avis sur le tome 1).
Les commentaires pleuvent sur FB. Certaines sont déjà arrivées à l'objectif des 1000.

Bilan en cours de court de route : 538 pages.
Défi : lire un livre choisi par un autre candidat : check!
3 défis sur 5 accomplis.



21h52 : J'ai commencé The boys (intégrale tome 2) vers 15h20. Coupure sieste, pendant une bonne heure. Reprise et pit-stop pour souper.
L'intégrale comporte 4 tomes. J'ai pris plus ou moins 40 minutes par épisode.
Là je boucle les 400 pages. Contente d'avoir continué la série et avec une furieuse envie de m'acheter les intégrales 3 et 4!
Je me prépare pour la dernière ligne droite... Locke and Key. Une journée Joe Hill.

Bilan en cours de court de route : 938 pages.
Défi : Lire un tome 2 : Check!
4 défis sur 5 accomplis.


23h10 : J'AI FINIIIIIIIIIIII. 


Pesé c'est emballé, je boucle le WE des 1000 pages par le tome 2 de la série Locke & Key de Joe Hill. Bon pour ce qui est de l'impression du WE, on repasse... là je pense que je vais aller dormir :-)
Défi : Lire un livre dont tout le monde parle : check!

Bilan du WE : 1094 pages.
5 défis accomplis :

  • Lire un livre dont tout le monde parle
  • Lire un tome 2 
  • Lire un livre choisi par un autre candidat
  • Relire un livre lu, finir une série
  • Faire une lecture commune avec un ou plusieurs participants
Mini Olà pour moi!




lundi 10 février 2014

Journal de bord #3 : Ousk'on fait un Week-end à 1000

❢ Le journal de bord, c'est un peu le lieu du bla-bla intempestif, qui a un rapport avec la lecture-ou pas- et qui fait un peu l'état des lieux de ce qui se passe en parallèle de mes notes de lectures.
Joli logo créé par Lili
Une troisième page assez rapprochée dans le temps de la seconde-une fois n'est pas coutume- mais tout ça pour dire que je vais participer à mon premier week-end marathonique à 1000 pages. Ma première expérience de marathon s'était soldée par un "peux mieux faire, mais c'était déjà bien".
Dans le cas qui nous occupe, l'objectif est plus précis, à savoir lire 1000 pages entre le vendredi 19h et le dimanche 23h59.

❢ Cette initiative a été lancée par Lili Drawinthecity de Lilibouquine. Et pour cette cinquième édition, qui aura lieu de ce vendredi 14 au dimanche 16 février, elle corse un peu le bazar.
Comme lire 1000 pages en un WE c'est too easy, finger in the nose, Lili nous invite à choisir 5 défis parmi une liste qu'elle a pris le temps de pondre.

❢ Ce n'est pas la première fois que je me tâte à participer à ce genre de week-end, pour ensuite baisser les bras et partir la queue entre les jambes sans avoir pointé le bout de mon nez au guichet des inscriptions. Mais cette fois, je me lance. Clair que ça ne va pas être facile, car pour potentiellement arriver au but, il va falloir se bouffer du tête à tête avec mes bouquins. Je vais devoir ruser pour combiner ce marathon et une vie sociale IRL-bin wais, le week-end c'est souvent festif-, et un déménagement de dressing pour cause de travaux finis (et ça je me réjouis). 
NDA : En fait je suis en train de prendre conscience que j'envisage de me la jouer warrior/dédoublement de personnalité physique, hum. Mais c'est pas grave!!! Youhou!!!



❢ En bref, j'ai déjà établi une petite liste des livres potentiellement lisibles en regard des défis sélectionnés :
  1. Faire une lecture commune avec un ou plusieurs participants : Walking Dead tome 19, Ezéchiel de Robert Kirkman (144 pages), en compagnie d'Acr0 et de Hérisson.
  2. Lire un tome 2 : The boys, intégrale 2 de Garth Ennis (400 pages).
  3. Finir une série : Eco, tome 3 de Bianco et Almanza (80 pages).
  4. Lire un livre choisi par un autre candidat : Cornes de Joe Hill (508 pages) choisit par Acr0 dans le cadre de notre défi ValériAcr0. Cornes sera aussi l'objet d'une LC avec Miss Hilde!
  5. Lire un livre dont tout le monde parle : Locke & Key, tomes 2 et 3 de Joe Hill (156 et 150 pages)
Si on effectue un petit calcul savant, j'en suis à 1438 pages. Evidemment, je reste lucide et je ne pense pas pouvoir lire d'une traite les 508 pages du Cornes de Joe Hill. Néanmoins, si j'arrive à lire tous mes illustrés, j'en serais déjà à 930 pages. Il ne me "restera" qu'à combler avec le Cornes.


❢ Mais comme je me la joue méga prévoyante, j'ai d'autres atouts dans ma manche. Alors qu'au départ, j'avais peur de ne pas trouver chaussure à mon pied, je me suis rendue compte que je pouvais postuler pour d'autres défis, ou que plusieurs titres entraient dans un même défi :
  • Notre Dame de Paris de Victor Hugo, illustré par Benjamin Lacombe (il me reste 120 pages). Défis : Lire un livre qui est dans la PAL depuis plus d'un an, Lire un classique, et Livre choisi par un autre participant.
  • Zombillénium tomes 1, 2, 3 d'Arthur des Pins (48p, 52p, 48p). Défis : relire un livre, lire un livre dont tout le monde parle.
  • Eco tomes 1, 2 de Almanza et Bianco (71p, 80p). Défi : relire un livre lu.
  • Billy Brouillard tome 1 de Bianco (140p). Défi : Pal depuis plus d'un an.

❢ Bon je ne prétends pas arriver au bout de ce challenge, mais ça serait plus par manque d'assiduité que par manque de bouquins sous la main. Il y a quand même moyen d'avaler ces 1000 pages, sans avoir l'impression de lire tout le temps la même chose.
Alors, oui, on va dire que je me la joue Bisounours et que j'ai pas mal de livres illustrés. Pour ma défense, je n'ai vu aucune règle qui stipule que c'est interdit. Puis en même temps, bon hein, ça doit aussi être un plaisir!

❢ Alors, ça y est, j'en suis! Et vous!? 
Une page FB est dédiée à l'occasion et va permettre les échanges, blablatages et secouages de pom-pom's.

dimanche 9 février 2014

Journal de Bord 2014 #2 : ous'kon parle de défis!

Logo réalisé par Mme Lhisbei
❢ Yop! Seconde page du journal de bord 2014 que je rédige. Je salue, très modestement, cette performante régularité!- en même temps, patate, t'as jamais donné de fréquence pour tes journaux!
Le temps de ranger le sapin, le dénuder de ses décorations et aspirer les pages abandonnées à ses pieds, enfin je mets à jour la page du Grand Concours de l'Année
Parce que oui! Mesdames et Mesdames, je me relance dans cette course folle du GCDA. Un principe tout bête et tout simple, arbitré d'une main de maître par un tyran impitoyable-aka Eskilax. Le but est d'arriver à déglinguer une Pile A lire devenue totalement immaîtrisable-un peu comme une herbe folle.

❢ "Challenge accepted" et remporté en 2013, j'ose espérer briller autant en 2014! 
Pour cette nouvelle édition, les conditions ont été quelque peu adaptées-j'en entends certain crier dans le fond que c'est le monde des bisounours!- tenant compte du fait que je ne suis qu'une pauvre victime des cadeaux-livres qu'on me fait et que je ne dois pas être pénalisée dans mon quota d'acquisitions.
Comme l'année dernière, cette nouvelle page fait également l'état des lieux des lectures/acquisitions.


❢ Autre défi dans lequel j'avais envie de me relancer, c'était le challenge ABC. Pratiqué en 2007 et 2008, sans l'avoir vraiment remporté, je me disais que c'était également un bon moyen de faire diminuer ma PAL. L'idée de base, c'est de prendre un auteur correspondant à chaque lettre de l'alphabet et d'en choisir un titre. Le souci, c'est qu'il y a toujours des lettres qui font défaut dans la PAL; ou alors le seul titre qui correspond n'est pas très enchantant-donne même carrément envie de se débarrasser du livre.
J'ai déjà une petite liste prête, mais qui va sans doute connaître quelques modifications... Le challenge pullulant sur la toile, j'ai trouvé une adaptation des règles qui pourrait me convenir à merveille!
Parce que dans celui des chez Flora, des entorses sont permises : à savoir le droit d'utiliser la première lettre du titre d'un livre ou la première lettre du prénom de l'auteur- wais, wais, I know, Bisounous power.



❢ Même si je ferais bien l'autruche, je vais faire un plongeon sur le défi ValériAcr0 de janvier. Taaadaaaa!!! Et qui c'est qui a perdu un joker parcshame on me! Or not- Il faut quand même dire que j'étais bien gâtée. Notre-Dame de Paris (tome 1) de Victor Hugo, illustré par Benjamin Lacombe.
e qu'elle n'a pas fini sa lecture! C'est Mwoaaah!-
Côté illustrations, c'est bonheur, chaleur, gaieté. Côté texte, on sort plutôt les rames et on écope le navire.
M'y prenant encore comme une carabinière, je me suis dit qu'en dix jours, je bouclais aisément les 210 pages du volume. Hum. En fait-oui je vais commencer une explication foireuse- comment dire, c'est un classique de la littérature, écrit en.... 1831. Bref, tout ça pour dire que le style d'écriture est bien bien travaillé et que c'est plus "long" à lire qu'un bit-lit de 2014.


❢ En bref, le mois de janvier a été plutôt productif côté lecture. Je me mets à jour petit à petit -grosse pourrie forever! Naan mais ça va pas non! J'ai eu plein d'occupation là!. Ce début de février est lent au démarrage, mais ça va y aller.


samedi 1 février 2014

Défi ValeriAcr0 #12 : sélection de février



❢ Il faut le dire, 2013 a été l'année des grandes idées extraordinaires. Tout d'abord, j'ai réalisé ma première année complète du GCDA-aka le Grand Concours de l'Année- concours qui s'est soldé par une réussite. Ensuite, c'est l'année où Acr0 a trouvé un super concept dans les méandres de la toiles -aka chez Lune et Cornwall- et qui a transformé l'essai en "défi ValeriAcr0".
L'idée de base, c'est que l'une va piocher dans la PAL de l'autre, un titre à lire pour le mois qui arrive. Pas bien compliqué, amusant et toujours surprenant, ce défi participe activement à réduire nos Piles à Lire respectives.

❢ Et donc! Pour le dernier choix de cette première année-on se garde pour un beau petit bilan pour fêter notre premier anniversaire- je me suis encore gratté le crâne face à la PAL de ma copine. Vu que je suis quand même une fille hyper sympa-hyper belle, hyper intelligente, hyper girly, hyper bien coiffée, hyper hype et hyper modeste- j'ai gardé dans un coin de ma tête la condition qu'elle avait posée pour le défi de janvier. Mon regard s'est assez vite posé sur un titre et un auteur dont j'ai pas mal entendu parlé durant l'année dernière, notamment car il a publié, de manière électronique, son récit en épisodes- et non, ce n'est pas Ayerdhal avec Rainbow warriors.

Mon choix s'est donc arrêtééééééé, suuuuur :

Neil JOMUNSI : Jésus contre Hitler

❢ J'espère qu'elle va passer un bon moment de lecture. En ce qui me concerne, je me réjouis de voir ce qu'elle en aura pensé. Une petite réaction à chaud : "Ah super :) Tout juste acquis comme tu le sais.
Il me tentait beaucoup au vu des chroniques lues et je l'ai gagné chez Lune pour son concours en fin de challenge Je lis des nouvelles et des novellas."

❢ Et donc! Je vous invite à aller visiter son chez elle pour savoir ce qu'elle a choisi pour moi!